#25 – Sensibiliser, essayer du moins.

Bonjour ♥

Je vais vous parler aujourd’hui d’une expérience peu joyeuse, qui m’a un peu laissé « au fond du trou » quelques jours, et m’a renvoyé à une réalité douloureuse.

Je travaille dans un espace public. J’accueille du public. Des gens gentils, des gens moins gentils, des gens marrants, des gens pressés, des gens heureux, des gens fatigués, des gens intéressés, des gens désabusés… Une femme battue.

Une femme donc, est entrée. Nous étions là, elle avait besoin d’aide, nous sommes le premier lieu qu’elle a vu, elle est entrée. Elle avait peur. Son conjoint était dehors, la cherchait, elle voulait fuir: il l’avait battue la veille. C’était une jolie jeune femme, de ces groupes de gens un peu roots, blonde, 25 ans, je ne sais pas exactement. Le visage tuméfié par les coups d’un homme qui disait l’aimer. L’alcool, d’après ce que j’ai compris.

Je pourrais écrire des centaines de lignes, mais vous ne les liriez pas. Alors je vais résumer: elle voulait partir, je lui ai expliqué, les bus, les trains, le plan de la ville, tout ça. Mais il est entrée à son tour, l’a embobinée, et a réussi à la ramener avec lui. Me laissant une boule de rage, de douleur, d’impuissance, brûlante au creux de l’estomac.

Je connais, dans mon entourage, ce genre de cas. Femmes battues, hommes battus (ne les oublions pas, et cessons de les culpabiliser), homme qui bat. Et là, j’assistai impuissance au retour d’une femme vers l’homme qui la frappait. Cette fille, elle n’est pas plus bête, plus naïve, plus maso que vous ou moi. Elle l’aime, et elle est prise dans un cercle vicieux dont il est difficile de s’échapper. Je ressasse depuis « Mais qu’est-ce que j’aurais pu faire ? », et c’est frustrant, mais j’en parle aujourd’hui pour demander « que peut-on faire ? ».

Sensibiliser. En parler. Expliquer. Présenter. Témoigner. Et tendre la main, sans jugement, à ceux qui en ont besoin.

Expliquez aux gens qui vous entourent qu’on ne lève jamais la main sur la personne que l’on aime, et qu’on n’accepte pas que l’autre lève la main sur nous. Que même s’il y a de l’amour, qu’il y a aussi du danger. Que des gens meurent. Et que dire « Reviens, je suis désolé(e), je t’aime, je vais changer » à la personne que l’on blesse, ce n’est que la condamner. Laissez cette personne partir, acceptez-le, et dites-lui qu’un jour, quand vous aurez changé vraiment, peut-être que vous vous autoriserez à la contacter à nouveau, mais qu’en attendant, elle n’est pas là pour essuyer les plâtres.

Quelques jours durant, cette histoire m’a rendue malade. J’aurais pu réagir de manière différente, j’aurais pu faire changer les choses, mais j’ai échoué. Ce n’est pas de ma faute, je le sais, mais ça me fait réfléchir, et j’espère qu’en vous en parlant je vous fait un peur réfléchir. Une personne à qui j’en parlais a été jusqu’à me dire « C’est bien fait pour sa gueule, elle n’a qu’à s’en aller ». Je vous en prie, ne pensez jamais comme ça, et ne laissez personne parler comme ça: tendez la main, sans les juger, aux gens qui demandent à être aidés.

N’hésitez pas à me faire part de vos propres expériences, mais aussi de vos interrogations, ou avis sur le question de la violence conjugale (qui rappelons-le s’exerce envers les femmes, mais aussi envers les hommes).

(à bientôt pour un sujet un peu plus joyeux !)

From Ana,

With love.

Publicités

2 réflexions sur “#25 – Sensibiliser, essayer du moins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s